ECOPOP: Comment nous perdrons le contrôle de l’immigration

Migration

De Johan Rochel et Mikael Portmann – Les nombreux débats publics sur Ecopop ont pour l’heure manqué de souligner la mécanique funeste que mettrait en place l’initiative. Loin d’assurer un meilleur contrôle, le texte empêcherait la Suisse de contrôler sa politique d’immigration.

Pour de nombreux citoyens, la votation Ecopop du 30 novembre prochain pourrait être l’occasion de réaffirmer une volonté de « contrôler » notre politique migratoire. Mais les impressions sont toutefois trompeuses et le texte de l’initiative nous ferait totalement perdre le contrôle de notre politique migratoire. En effet, l’initiative Ecopop engage une spirale de baisse de l’immigration – jusqu’à l’absurde. Suivant une démonstration chiffrée de la mécanique de l’initiative, la Suisse serait dépossédée de ses instruments de politique migratoire.

Pour rappel, l’initiative Ecopop exige que « la part de l’accroissement de la population résidant de manière permanente en Suisse qui est attribuable au solde migratoire ne peut excéder 0,2 % par an sur une moyenne de trois ans ». Nous pouvons en déduire ce que nous appellerons l’ « équation Ecopop » : le nombre de sorties + le 0,2% d’accroissement autorisé = le nombre d’entrées autorisées.

L’équation Ecopop mise en oeuvre

Si Ecopop devait être mise en œuvre de suite, l’équation ressemblerait à ceci : 93’000 (nombre de sorties, en moyenne, entre 2007 et 2013) + 16’000 (accroissement de 0,2% de 8 millions d’habitants) = 109’000 entrées autorisées. Tirés du site des initiants, les chiffres ne devraient pas provoquer de controverse. Selon les propos d’Ecopop, l’initiative ne signifierait donc qu’une diminution du tiers des entrées autorisées (160’000 sans initiative, 109’000 avec). Cette limite fixe de 0,2% inscrite dans la Constitution pose un premier problème de flexibilité, pourtant si nécessaire à la défense des intérêts du pays. Mais plus grave encore, le texte déploie des effets mécaniques qui rendent notre politique incontrôlable.

Pour comprendre ces effets, il faut tout d’abord se concentrer sur l’une des composantes essentielles de l’« équation Ecopop » : le nombre d’émigrants qui quittent la Suisse (les sorties). Ces émigrants sont en majorité des étrangers. En 2013, 73’000 personnes de nationalité étrangère ont quitté le pays, contre seulement 29’000 Suisses. Fait intéressant, le nombre de Suisses qui quittent le pays année après année n’a pratiquement pas changé en 20 ans.

Pourquoi s’intéresser au nombre de sorties ? Ce point est essentiel car si l’initiative est appliquée, la réduction du nombre d’entrées aura rapidement un effet sur le nombre de sorties. En d’autres mots, moins d’étrangers qui entrent impliquent mécaniquement moins d’étrangers qui repartent. A son tour, cette baisse du nombre de sorties influe négativement sur le nombre d’entrées autorisées. Par à-coups, l’initiative entraine donc le nombre d’entrées autorisées vers le bas. La spirale est mécanique : moins d’immigrants sont autorisés à entrer en Suisse, moins d’émigrants (étrangers) quittent la Suisse, moins d’immigrants sont autorisés à entrer en Suisse, moins d’émigrants (étrangers) en repartent et ainsi de suite. Cette funeste mécanique sera d’autant plus renforcée par la peur des étrangers de ne plus pouvoir revenir en Suisse. Qui se risquerait à émigrer en sachant pertinemment que le retour ne sera peut-être plus possible?

Une analyse rapide des chiffres des années nonante corrobore cet engrenage fatal. Entre 1991 et 1997, l’immigration en Suisse a reculé de 133’000 (1991) à 70’000 (1997), soit une réduction de 48% (OFS). Avec un décalage de quelques années, l’impact sur l’émigration s’est fait sentir. Composée principalement d’étrangers quittant la Suisse, l’émigration a diminué de 86’000 (1992) à 51’000 (2003), soit une réduction de 41%.

L’engrenage Ecopop: perdre le contrôle de notre immigration (© Wikicommons)

Descendre, mais jusqu’où ?

Où s’arrêterait la mécanique Ecopop de perte de contrôle sur l’immigration ? En reprenant les éléments de l’« équation Ecopop », nous pouvons spéculer sur le point d’équilibre, à défaut de le prédire. Procédons tour à tour avec les inconnues de l’équation. L’accroissement autorisé de 0,2% de la population résidante restera compris entre 16’000 et 18’000. Le nombre de sorties se composera d’une part d’un solde migratoire des Suisses d’environ 6’000 sorties par année. La donnée la plus cruciale concerne le nombre d’étrangers qui repartiront après avoir immigré en Suisse. Malheureusement, on ne saurait que spéculer sur ce chiffre. Sur la base des données à disposition, il parait crédible d’avancer que la moitié des étrangers va repartir. Suivant cette estimation, l’« équation Ecopop » se stabiliserait au point d’équilibre suivant : 21’000 sorties (6’000 Suisses et 15’000 étrangers) + 16’000 (0,2% de 8 millions) = 37’000 entrées autorisées.

Cette dernière estimation met clairement en lumière deux points essentiels. D’une part, la mécanique Ecopop entraine la Suisse vers une perte d’autonomie migratoire. Nous confions  notre immigration à une mécanique incapable de servir nos intérêts. D’autre part, il est certain que la mécanique Ecopop entrainera le nombre d’entrées autorisées vers le bas – vers le très bas. On ose imaginer les terribles combats politiques au moment de distribuer moins de 40’000 entrées. De manière piquante, Ecopop indique sur son site que les demandes d’asile (21’000 en 2013, selon leurs chiffres) et les mariages avec un citoyen suisse (14’000 en 2013) devraient restés protégés. Il subsisterait donc environ 5’000 entrées pour l’économie. Face à cette pression, l’asile ou le regroupement familial auront-ils la priorité sur les besoins en personnel de nos hôpitaux ? Ces mêmes hôpitaux auront-ils la priorité sur le secteur de la construction ? Le texte est à la fois radical et extrême dans la spirale qu’il met en place. Gardons-nous de choisir cette voie.

Johan Rochel (31), vice-président du foraus ­– Forum de politique étrangère, fondateur du projet « Ethique en Action »

Mikael Portmann (31), physicien de formation, entrepreneur à Zürich dans le e-business sportif

Ce texte est paru le jeudi 20 novembre dans le journal « L’Hebdo ».

Le blog de foraus est un forum mis à disposition tant des membres de foraus que d’auteur-e-s invité-e-s. Les contributions publiées ici représentent les opinions de leurs auteur-e-s. Elles ne reflètent pas nécessairement l’avis de la rédaction ou de l’association foraus.

Empfohlene Artikel / Recommendations

Ecopop: Nicht weniger, sondern mehr Wissenschaft ist gefragt